Programme régional de résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS)

.

Burkina Faso

L’objectif du projet est de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la réduction de la pauvreté au Burkina Faso par le renforcement de la résilience des communautés rurales contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

De façon spécifique, le Projet vise à : (i) développer les infrastructures rurales dans les domaines hydro-agricole, forestier, pastoral, halieutique et nutritionnel ; (ii) améliorer la productivité et accroître la production agro-sylvo-pastorale, halieutique et apicole sur une base durable ; (iii) promouvoir l’économie des filières post-récolte et l’accès aux marchés ; (iv) améliorer la qualité nutritionnelle des aliments et faciliter leur accessibilité aux populations vulnérables.

Composante A : Développement des infrastructures rurales : Cette composante porte sur le développement des infrastructures hydro-agricoles, les aménagements pastoraux et halieutiques, le développement des infrastructures de conservation/transformation et commercialisation et le développement des infrastructures de base.

Composante B : Développement des chaines de valeur et des marchés ruraux. Elle est articulée autour des sous-composantes suivantes : a) renforcement des capacités ; b) développement des filières végétales, c) développement des filières animales, d) développement des filières halieutiques e) amélioration de l’accès aux marchés et au financement ; f) recherche-développement  et innovation technologiques  résilientes : g) promotion de l’emploi des jeunes et h) renforcement de la nutrition.

Composante C : Gestion et coordination du programme : Cette composante comprend les sous composantes portant sur  a) la coordination des activités du programme, b) la gestion administrative, comptable et financière, c) les acquisitions des biens, travaux et le  suivi-évaluation de l’exécution du programme et e) la mise en œuvre du PGES.

Le coût total du projet est estimé à 22,341 milliards FCFA HT dont 85% seront supportés par le bailleur (Prêt et Don), 12,4% par l’Etat et 2,6% par les bénéficiaires. Le coût de la composante 1 s’élève à environ 15,86 milliards de FCFA soit 72,3% du coût global du projet. Quant à la composante 2, elle s’évalue à environ 4,67 milliards de FCFA soit 21,3% du montant global du projet. Le coût de la composante 3 s’élève à environ à 1,41 milliards de francs CFA soit 6,4% du coût total du projet.

Le Projet a une durée de 05 ans à partir de la date de signature de l’Accord de financement (09 Janvier 2015).

Notre équipe
Nos coordonnées.

Pour le développement des infrastructures hydroagricoles, le projet a finalisé 2 nouveaux barrages et le troisième est en cours d’achèvement pour boucler les 7 barrages prévus. 

Barrage du village de Torodo dans la province du Ganzourgou