Programme régional de résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS)

.

Populations et développement

L’objectif du projet vise le renforcement de la résilience des populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle en éradiquant les causes structurelles des crises alimentaires et nutritionnelles aiguës et chroniques. Plus spécifiquement, le projet visera : (i) l’accroissement de la productivité, des productions et des revenus des ménages vulnérables et (ii) l’amélioration du taux d’accès des populations aux infrastructures et services sociaux de base.
Composante A : Développement des infrastructures rurales : Cette composante porte sur le développement des infrastructures hydro-agricoles, les aménagements pastoraux et halieutiques, le développement des infrastructures de conservation/transformation et commercialisation et le développement des infrastructures de base.

Composante B : Développement des chaines de valeur et des marchés ruraux. Elle est articulée autour des sous-composantes suivantes : a) renforcement des capacités ; b) développement des filières végétales, c) développement des filières animales, d) développement des filières halieutiques e) amélioration de l’accès aux marchés et au financement ; f) recherche-développement  et innovation technologiques  résilientes : g) promotion de l’emploi des jeunes et h) renforcement de la nutrition.

Composante C : Gestion et coordination du programme : Cette composante comprend les sous composantes portant sur  a) la coordination des activités du programme, b) la gestion administrative, comptable et financière, c) les acquisitions des biens, travaux et le  suivi-évaluation de l’exécution du programme et e) la mise en œuvre du PGES.

Le cout du projet est de 11,49 millions d’UC dont 9,77 millions d’UC pour la contribution de la BAD et 1, 72 millions d’UC pour le pays. La durée du projet est de 5 ans.
Notre équipe
Nos coordonnées.

Les activités réalisées ont porté sur le développement de la production et de la productivité des principaux systèmes d’exploitation agro-sylvo-pastorale et le renforcement de la nutrition. 

Pour la production et la productivité agricole, le projet a formé 254 producteurs et techniciens sur les techniques des productions semencières et le réseautage, la gestion organisationnelle, institutionnelle et financière d’une OP ainsi qu’un aperçu sur le compte d’exploitation prévisionnel d’une exploitation agricole, techniques des défenses et restauration des sols et les techniques de productions maraichères, les semences améliorées dans la production agricole. 

Dans le cadre de la production de semences, le projet en collaboration avec les services techniques de l’agriculture a organisé des missions d’inspection des champs semenciers d’environ 125 ha. En 2020, 23.6 tonnes de mil, 22.9 tonnes de maïs et 2.5 tonnes de niébé sont produits. Aussi, le projet a installé deux stations agro météorologiques pour le suivi de la pluviométrie.

 D’autre part, le projet a expérimenté une nouvelle variété de mil, l’écotype EMG en comparaison à la variété GB 8735 vulgarisé. La conclusion de la recherche est en cours d’élaboration.